Histoire du style industriel

Original, branché, décalé, le style industriel est l’une des décos les plus prisée des français. Après plus d’un siècle d’existence, l’engouement qu’il provoque n’a fait que s’amplifier. Mais d’où vient ce style devenu si populaire ? A-t-il même toujours été un « style » ? La tendance indus est la rencontre étonnante entre l’histoire de la décoration intérieure et la grande histoire de l’industrie.

Intérieur d'usine avec poutres en métal.

L’usine : naissance d’un espace fonctionnel

Au XIXe siècle naît un nouveau mode de production : l’usine. Son développement progressif est fortement influencé au début du XXe par la naissance de l’entreprise d’Henry Ford et du concept de production à la chaîne. L’objectif est que les ouvriers réalisent des tâches répétitives le plus rapidement possible. Le périmètre de travail doit donc être optimisé pour accroître la fabrication en série et faciliter l’installation des machines qui l’assurent. Ces lieux de labeur dédiés à la productivité et à la rentabilité sont donc composés :

  • De vastes espaces aux plafonds hauts et aux grandes fenêtres laissant entrer la lumière du jours : verrières.
  • D’un réseau de tuyauteries apparentes reliés aux machines de production.
  • De jeux d’engrenages et de pièces mécaniques constituant lesdites machines.
  • De murs de bétons nus couronnés d’armatures en métal.
  • De meubles de rangement et de tri solides : casier, bureau de tri.
  • De meubles d’assise facilement déplaçable et empilables comme la mythique chaise Tolix modèle A.

Le cadre et les éléments qui le constituent sont épurés, froids et bruts car ils sont pensés selon les principes d’une hyperoptimisation fonctionnelle : résistance, légèreté, espacement, aspect dépouillé. En lisant cette description d’une architecture basique d’usine, vous aurez reconnu sans surprises, quelques éléments caractéristiques de la déco industrielle !

tuyaux avec vannes à l'intérieur d'une usine

Le mobilier industriel

L’usine est caractérisée par son aspect fonctionnel et ce qu’elle produit l’est également. La fabrication en série du mobilier industriel permet à tout à chacun de s’équiper à bas prix.  C’est ce que recherche la France de la première moitié du XXe siècle. En parallèle, le marché des années 20-30 est porté par le rayonnement mondial des productions de Ford.

L’usine fait ses premiers pas dans les intérieurs des ménages à travers son mobilier qui devient un accessoire du quotidien. Sa sobriété inhérente et sa froideur pourraient tout au plus être vues comme impersonnelle, triste et fade. Mais, à l’époque, ce mobilier n’est même pas l’objet de telles interrogations car il n’est pas considéré sous son angle décoratif : il est apprécié pour son accessibilité, sa robustesse et son ergonomie.

On ne recherche donc pas à imprégner son intérieur d’un esprit usine. Le concept d’un « style » industriel est encore loin de germer. Le mobilier factory est bien présent dans le quotidien mais le regard que l’on pose sur lui n’est pas façonné par une démarche esthétique.

Intérieur décoré avec du mobilier style industriel.

Mais alors, comment en est-on venu à concevoir l’univers de l’usine comme une décoration ? Ou autrement dit, comment l’usine est devenue stylée et branchée ?!

L’avènement du style industriel

Ce passage étonnant du fonctionnel à l’esthétique est dû à plusieurs facteurs.

Dans les années 60-70, de nombreux locaux industriels sont laissés à l’abandon. Ils portent les traces de leur passé industriel : mur de briques apparents ou de bétons, verrières immenses. Dans une ville comme New York (Brooklyn) des artistes, recherchant loyers accessibles, luminosité et grands espaces intérieurs, réaménagent ces locaux en ateliers. Le succès que certains ont connu leur confère une aura et incite à considérer leur lieu d’habitation comme un endroit branché. Le regard porté sur la sobriété héritée de l’usine se transforme :

  • Son minimalisme est associé à l’élégance.
  • Son mobilier au métal vieilli et au bois patiné est investi d’une âme.
  • L’univers mécanique et les géométries originales de ses équipements se prêtent à l’imagination des designers.

Les année 80-90 renforcent chacun de ces aspects. La déco industrielle a déjà ses propres règles et devient une manière de se démarquer de styles plus classiques. A la recherche d’harmonie et de cohérence, elle oppose l’alliance d’objets hétéroclites et insolites. Aux gammes de couleurs chaudes, elle oppose des jeux de couleurs froides. Aux intérieurs excessivement proprets et surchargés, elle oppose une gestion du vide rempli par quelques objets éparses.

loft décoré avec un style industriel.

Les années 2000-2010 voient l’arrivée en force du vintage et, dans son sillage, un engouement porté sur les artefacts du passé. Cette tendance donne au style industriel une nouvelle matrice pour se développer. L’objet porteur d’une histoire, d’un vécu est comme mythifié et pour le moins, investit d’un charme implacable. Il est choisi pour sa spécificité, son aspect décalé et correspond à une volonté de personnalisation iconoclaste de son intérieur. Le vintage s’accompagne d’une autre attitude en lien direct avec l’ultrapersonnalisation de son chez soi : le Do It Yourself. Le retour à un « travail manuel » s’accorde complètement avec le style industriel qui se nourrit de bricolages simples, d’astuces de montage et d’association de matériaux composites.

loft décoré avec un style industriel.

L’esprit factory semble pouvoir traverser le temps. Et s’il s’adapte aussi facilement à toutes les époques, c’est parce que sa simplicité lui permet de se transformer en fonction des goûts et des besoins : en témoigne le nouveau style industriel, chic et cosy.